crossfit-tennis

Le Crossfit : un sport idéal pour le tennis !

Le Crossfit a été développé en 1974 par l’Américain Greg Glassman et son ex-femme, Lauren Jenai, sous le nom de “Cross Training”. Ce sport a finalement été appelé “Crossfit” par la société de vêtements Reebok. Il s’agit d’un style d’entraînement et de préparation physique qui combine la gymnastique, l’haltérophilie et l’athlétisme. Ce sport a été conçu à l’origine pour permettre aux habitants des villes de s’exercer en intérieur ou en extérieur, avec ou sans l’utilisation de machines de musculation. Par conséquent, vous n’aurez pas besoin de vous rendre à la salle de sport pour votre entraînement habituel. Le Crossfit est construit sur des mouvements normaux du corps humain que nous voyons tous les jours : sauter, s’asseoir, se lever, monter des escaliers, soulever une charge, faire du jogging… Cette activité est également unique en ce sens qu’elle convient à tout le monde : les novices comme les athlètes chevronnés, les femmes comme les hommes, et enfin, les jeunes comme les aînés. Il ne vous reste plus qu’à adapter la séance aux capacités de chacun. Le Crossfit, par exemple, est utilisé par les athlètes de haut niveau et les professions qui nécessitent un entraînement physique, comme les pompiers et l’armée.

Les avantages

Le Crossfit est un entraînement complet du corps qui cible dix qualités athlétiques : la vitesse, la force, l’endurance cardiovasculaire et musculaire, la souplesse, la coordination, l’agilité, l’équilibre et la précision. Il contribue également à la perte de poids, au maintien de la santé, à la prise de masse musculaire et à la tonification. Le crossfit permet également de se préparer à d’autres activités physiques comme le handball, le basket-ball et le tennis. Pour être efficace, le Crossfit doit être pratiqué 3 à 4 fois par semaine au maximum. N’ayez pas peur de mélanger vos routines de musculation avec des séances éprouvantes.

Pourquoi faut-il se muscler pour le tennis ?

Le développement musculaire au tennis permet de prévenir les blessures, notamment au niveau des épaules. En effet, les muscles de l’épaule sous l’omoplate et le grand dentelé peuvent être distendus de manière inconfortable, notamment lors de l’entraînement au service, à la frappe et à l’accompagnement. Cette distension est provoquée par des mouvements d’épaule de grande amplitude avec une vitesse angulaire très élevée. L’apparition de cette pathologie est généralement limitée par l’action analytique des muscles fixateurs de l’omoplate (réalisation de pompes, poussée contre un mur bras tendus, etc.) ainsi que par les activités d’étirement de l’épaule. En conséquence, selon l’âge, un travail systématique de l’épaule est nécessaire au niveau musculaire : La vitesse doit être privilégiée à l’adolescence et autour de la puberté.

Le renforcement analytique est nécessaire en post-puberté et chez les jeunes adultes. La coiffe des rotateurs, un système de tendons et de muscles qui recouvre la tête de l’humérus, est l’endroit où le problème survient le plus fréquemment chez les vétérans. On sait maintenant que la coiffe des rotateurs se détériore plus ou moins vite avec l’âge chez les joueurs de tennis. Comme le renforcement analytique au niveau de l’épaule devient plus difficile avec l’âge, il faut se concentrer sur la fluidité du geste et tolérer une légère diminution de sa puissance. L’explosivité des muscles des jambes est particulièrement utile lors de la montée au filet. Musculation power 10, un exercice de musculation sans charge qui combine les trois régimes de contraction musculaire (isométrique, plyométrique et concentrique) sera tout à fait approprié et facilement réalisable en entraînement sans matériel lors de l’échauffement ou de la préparation physique générale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *